P.A.S.T.E.C. (Pôle Art Soins Technologies et Création)

Dans le cadre du programme de résidence artistique du Centre hospitalier Charcot, dans le service de pédopsychiatrie de l'école de Saint Cyr (en banlieue parisienne). J’ai eu la chance de pouvoir travaillé proche d'enfants autistes et de résider au coeur de l’hôpital durant 6 semaines.

Les partenaires collaborateurs de cette résidences sont:

*L’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence (ESA Aix).
*Le Centre hospitalier J.M. Charcot
*L’association M2F Créations (Lab GAMERZ).

Depuis quelques temps maintenant, l'hôpital cherche à faire évoluer le traitement de l'autisme par de nouveaux procédés. L'enjeu ne se situerait plus au sein de l'hôpital, mais bien lorsque l'enfant se trouve à l'extérieur de celui ci. S'il peut être compliqué de prendre en charge les facteurs extérieurs à l'hôpital, il est possible de faire intervenir ces éléments étranger au sein du bâtiment. Si ce n'est pas l'objectif explicite de P.A.S.T.E.C. (la résidence), c’est, pour moi, le sens premier de l'existence de cet internement.

“L’objectif de ce projet est de réaliser un ensemble d’actions artistiques, culturelles et d’animations ambitieuses dans le champ des pratiques du numérique et du soin. Ces actions, tenant compte des identités et de la singularité des trois structures, reposent sur la conjugaison de leur complémentarité. Chaque année, des artistes sont invités à venir développer des projets dans le cadre de résidences de recherche ou de création. Des ateliers sont mis en place par les artistes en résidence, à destination des publics qui fréquentent le secteur de pédopsychiatrie. Plusieurs moments de rencontre entre les artistes accueillis, le personnel et les usagers de l’hôpital et le public sont proposés.” http://www.ecole-art-aix.fr/article6814.html

Pour ma part, j'ai eu l'occasion d'intervenir de trois manière différentes.

*Brume 1.5, Charcot
*Labyrinthe
*KOUAK06


Labyrinthe

Jeux vidéo

Cette fois-ci, Labyrinthe a été créé pour faire jouer les enfants de l'hôpital directement. Ce jeu a été réalisé en collaboration avec l'atelier d'art thérapie de l'hôpital de jour et l'école présente au sein de l'hôpital pour un groupe d'enfants de 8 à 12 ans. Un sujet était déjà choisi et travaillé, le labyrinthe. Lors de mon arrivée, j'ai pu assister à l'intervention de 3 étudiants parisiens en architecture qui avaient construit un labyrinthe en carton explorable par les enfants. Après avoir remarqué la difficulté des enfants à interagir et à communiquer, j'ai pensé mélanger le jeu Keep Talking and Nobody Explodes avec le labyrinthe que tout le monde connait. Je pensais que le parfait moyen d'interagir et de communiquer avec les enfants serait d'avoir un objectif commun. J'ai donc créé un “sketch” de ce jeu-là que nous avons expérimenté avec les enfants et le corps enseignant/médical de la classe.

Les deux joueurs se font face, puis ils se munissent de leur contrôleur.  Le joueur 1, avec un ordinateur, contrôle un personnage dans un  labyrinthe virtuel. Le joueur 2 possède une carte papier de ce  labyrinthe. Un seul objectif commun, faire sortir le joueur 1 du  labyrinthe! Pour atteindre leur objectif, les deux joueurs devront  communiquer afin de déjouer les obstacles et de trouver la sortie.

Petite anecdote: L'Équipe championne de la catégorie “s'échapper  le plus rapidement”  a été celle des enfants. Les enfants eux étaient  parfaitement immergés et connaisseurs de jeux vidéo et de leurs codes  contrairement aux “adultes”.


Kouak06

Édition

Pour clôturer ma résidence au seins de l’hôpital, j’ai animé un atelier KOUAK avec les adolescents de l'hôpital de jour. Ce groupe avait, cette  fois-ci des troubles plus divers que ceux des enfants côtoyés  précédemment. Début de schizophrénie, hyperactivité… et pour la majorité des adolescents, quelque chose de très troublant pour moi, des phobies scolaires. L'intervention durait une demi-journée et nous avons juste eu le temps de réaliser la première étape de recherche du KOUAK. Nous n'avons pas donné suite à une édition finalisée.


Je  pense que mon intervention a été extrêmement enrichissante  personnellement. Nous avons également conclu que le jeux vidéo peut être  un véritable médium, outil artistique, pédagogique et médical. Il fait  aujourd'hui partie du langage commun dont celui des enfants atteints de  troubles psychiatriques… Je me suis également questionné sur un autre  phénomène intrinsèque au traitement des enfants et de l’hôpital, leur isolement et le mien réciproquement. C'est bien ma première confrontation et  immersion dans le monde du traitement médical et ça a été un choc de  constater mon ignorance sur le sujet. Non pas technique mais plutôt  l'éloignement entre ma vie et celle des personnes hospitalisées. Je  trouve cela similaire aux maisons de retraite, je me demande si cela est  une particularité française, je trouve tout cela asceptisant.